La valériane, un excellente antistress naturel
Retour liste

Valériane

Origine et historique de la valériane

La valériane est une belle plante vivace haute de 0,70 à 1 m, commune dans les lieux humides et ombragés de la plupart de nos régions. On la rencontre en Europe et en Asie tempérée. Ses hautes tiges minces et rigides portent des feuilles opposées, divisées en segments étroits bordés de quelques dents arrondies. Elles se couronnent de petites fleurs blanc-rose au parfum ambigu, groupées en corymbes. Ses racines sont brunes, épaisses, et odorantes. Elles dégagent selon les uns un suave parfum, selon d’autres des relents d’urine de chat – au point que bien des pharmaciens les refusent dans leur officine.

Déjà signalée par Pline comme remède des contractions nerveuses, la valériane fut préconisée par des médecins italiens au XVIIe siècle comme un antispasmodique puissant, capable de guérir l’épilepsie. On l’utilisa donc contre cette affection, et aussi contre l’hystérie et la danse de Saint-Guy. Elle semble diminuer la production de l’urée et Cazin, médecin au XIXe siècle, la recommanda contre le diabète maigre. Fébrifuge, la racine était aussi utilisée contre les fièvres intermittentes.

Pour l’usage externe, on employait jadis ses feuilles contre les varices, qu’elles réduisaient, parait-il, fort bien, contre les blessures par objets pénétrants (épines, flèches, balles) et pour diminuer les gonflements douloureux de la goutte.

Les racines de la valériane renferment une essence aromatique riche en sesquiterpènes, en particulier l’acide valérénique et la valérénone, et en monoterpènes, tel l’acétate de bornyle, ainsi que des iridoïles, les valépotriates, très instables et extractibles par alcool, et non par l’eau. La plante contient aussi des traces d’alcaloïdes et des acides-phénols.

La valériane appartient à la famille des Valérianacées.

 

Propriétés et bienfaits de la valériane

La valériane est un excellent antistress. C’est un sédatif efficace des états de nervosité et d’excitation, utile dans le traitement des palpitations, des tics, des étouffements, des crises d’asthme, dans celui des contractions douloureuses de l’estomac et des manifestations nerveuses accompagnant les infections de la vermine. Elle permet de trouver le sommeil en supprimant la hantise des soucis et les obsessions. Elle possède également des vertus hypotensives. L’ESCOP préconise l’emploi des racines contre l’agitation et les troubles du sommeil d’origine nerveuse.

Le principe actif de la valériane n’est pas déterminé avec précision. Plusieurs de ses composants agiraient en synergie.

 

Utilisation et dosage de la valériane

Utilisation interne :

La racine de la valériane perd une partie de ses propriétés en séchant. C’est pourquoi on utilise généralement la plante sous une forme pharmaceutique, qui permet de garder l’intégralité de son action. On peut, néanmoins, utiliser soi-même la racine fraîche en tisane ou en teinture.

- Macération à froid. 10 g de racine, à laisser macérer 10 heures dans un verre d’eau froide. Prendre 2 verres par jour. On peut sucrer et aromatiser avec de l’eau de fleur d’oranger ou quelques gouttes d’alcool de menthe si l’on n’aime pas le goût et l’odeur de la valériane.

- Teinture. 200 g de racine fraîche coupée, macérée 15 jours dans un litre d’eau-de-vie blanche. Filtrer et prendre 40 à 50 gouttes au coucher.

Utilisation externe :

Peu fréquente de nos jours. Appliquer des cataplasmes de feuilles fraîches broyées sur les régions atteintes. On peut aussi utiliser une infusion forte, de 50 g à 80 g par litre d’eau bouillante, suivie de macération pendant 8 heures, pour en faire des lavements calmants.

Espace Infos

Nous Sommes à votre Écoute
du lundi au vendredi de 8h à 18h30 et le samedi de 9h à 18h30
00 41 22 548 35 20
04 28 01 10 56
numéros
non
surtaxés